alicament

Le guide de votre bien-être à domicile

Alicament ou aliment fonctionnel, quelle différence ?

Alicament

© Luis Carlos Jiménez - Fotolia.com

L’alimentation a de plus en plus de place dans notre santé, que ce soit au travers de publicités incitant à manger au moins cinq fruits et légumes par jour ou par le biais des « fast food » qui peuvent avoir des conséquences sur notre organisme. Les alicaments et aliments fonctionnels sont apparus il y a quelques années mais de quoi s’agit-il ?

  1. Définition des alicaments
  2. Les aliments fonctionnels

Définition des alicaments

Les alicaments sont des aliments ou des ingrédients transformés qui contiendraient les propriétés de certains médicaments et qui pourraient réduire les risques ou prévenir l’apparition de certaines maladies (le cholestérol, les problèmes de transit intestinal, les défenses immunitaires, etc).

Les alicaments sont censés avoir un effet bénéfique sur la santé, sur l’état psychologique ou l’état physique.

Le terme alicament est donc utilisé pour désigner de nouveaux produits transformés mais aussi pour des aliments naturels qui ont des vertus thérapeutiques sur notre organisme, et qui sont recommandés dans le cadre d’une alimentation saine .

Certains alicaments sont très connus et surtout très utilisés, parfois sans le savoir.

Nous pouvons citer le lait enrichi en calcium ou en vitamine D, l’huile anti-cholestérol, les jus de fruits multivitaminés, les ½ufs enrichis aux oméga 3 ou encore les yaourts au bifidus actif, et la liste n’est pas exhaustive.

Il y a également d’autres substances comme le fer et les omégas 6 qui font partie des alicaments et qui peuvent être ajoutées à certains aliments lors de leur fabrication.

On peut aussi trouver d’autres alicaments au travers des aliments allégés en sucre ou en graisse ou encore à teneur réduite en sel.

Les aliments fonctionnels

A la différence des alicaments, les aliments fonctionnels désignent des aliments dont les propriétés naturelles ont une véritable valeur ajoutée pour la santé du consommateur.

Précisément, les scientifiques définissent l’aliment fonctionnel comme un aliment d’apparence « normale » dont on a prouvé qu’il a le pouvoir de limiter les risques de maladies chroniques.

Parmi ces aliments aux vertus démontrées, on retrouve notamment le brocoli, l’huile d’olive, l’oignon ou les poissons gras.

La FUFOSE (Functional Food Science in Europe) propose une approche plus large de la notion d’aliments fonctionnels.

En effet, elle donne également une place à la nourriture modifiée dans la définition d’aliments fonctionnels.

Sa classification est construite de la manière suivante :

  • Les aliments d’origine naturelle dont l’un des composants a été transformé .

    Les ½ufs enrichis aux oméga3 illustrent cette pratique.

    En effet, l’½uf n’est pas transformé mais l’alimentation de la poule est enrichie de manière à ce que le produit fini ait des qualités différentes.
  • Les aliments auxquels les producteurs ajoutent un composant bénéfique pour la santé.

    On retiendra l’exemple du jus de fruit enrichi en calcium.
  • Les aliments auxquels les industriels soustraient une substance dans le but d’en réduire l’effet néfaste sur la santé.

    Il s’agit cette fois, par exemple des biscuits sans gras.
  • Les aliments dont l’un des ingrédients a été chimiquement transformé.

    La nourriture pour bébé en est un exemple.
  • Les aliments produits par une combinaison des situations présentées plus haut.