Le guide de votre bien-être à domicile

Alicament

Actualités

Compléments alimentaires : la consommation d’ « OxyElite Pro » et de « Versa-1 » non recommandée

Les compléments alimentaires sont utilisés lors d’un régime ou bien pour augmenter la performance et l’énergie. Très demandés sur le marché car sollicités par les sportifs, les compléments alimentaires sont devenus des alliés indispensables pour la forme. Pourtant la consommation de compléments alimentaires non naturels présente des risques pour la santé. En effet, le Ministère de la Santé de Luxembourg déconseille la consommation des compléments alimentaires OxyElite Pro et Versa-1. Ces deux marques de compléments alimentaires sont prisées par les sportifs car elles augmentent considérablement les énergies et accélèrent la perte de poids. Toutefois, l’OxyElite Pro et le Versa-1 pourraient être à l’origine d’une épidémie d’hépatites qui frappe l’outre-Atlantique.

La FDA ou Food and Drug Administration a enregistré aux Etats-Unis 56 cas d’hépatite aiguë dont 22 cas ont nécessité une hospitalisation, 2 une transplantation du foie et un cas de décès décrété. Même si ces compléments alimentaires ne sont plus vendus au Luxembourg, ils sont encore disponibles sur internet. Toutes les personnes dans le monde entier peuvent s’en procurer facilement. Les professionnels de la santé conseillent vivement toutes les personnes qui possèdent encore ces produits de les jeter et de consulter de suite un médecin si des symptômes comme de la fatigue, de la perte d’appétit, de la fièvre, des vomissements, de la nausée, des douleurs abdominales, des urines foncés, de la jaunisse et des douleurs articulaires apparaissent. Selon les recherches et les analyses, l’OxyElite Pro et le Versa-1 contiennent de l’aegeline, une substance nouvelle qui serait à l’origine des hépatites. L’aegeline est une substance encore inconnue et ces effets réels sur la santé ne sont pas encore très déterminés. En tout cas tous les produits contenant cette molécule présentent des risques pour la santé.

Nourritures : les plats de 2050

D’après les statistiques, la population mondiale atteindrait les 9 milliards d’individus en 2050, ce qui représente un enjeu alimentaire considérable. Même en 2050, les besoins alimentaires des êtres humains resteront la même mais la planète n’aura pas les mêmes ressources. La demande de protéines est très importante c’est pourquoi il faut en produire.

En 2050, le steak artificiel sera disponible. Les chercheurs de l’université de Maastricht s’y sont déjà mis avec du ‘steak-éprouvette’ qui est fait à partir de lamelles de cellules souches de b½uf et d’hormones de croissance. Le steak est ensuite coloré et mélangé avec de la texture et du goût. Selon les estimations, le prix de ce steak sera de 250 000 euros pour 140 grammes. Ce type de steak sera accessible à tous les pays du monde car sa fabrication ne nécessite pas de technologie importante. Comme avec les nouvelles technologies, ce type de steak sera de moins en moins coûteux avec le temps.

Comme les insectes sont réputés riche en protéines, en magnésium et en fer, dans les années à venir, on sera de plus en plus amené à en consommer. En effet, les centres d’élevage d’insectes sont de plus en plus nombreux et les grands restaurants commencent à servir des plats à base d’insectes dans les pays occidentaux. La FAO a même de grands espoirs sur ce type d’aliment car c’est une matière première facile à exploiter, bon marché et surtout nutritive. Pour les grillons et les sauterelles par exemple, il faut 2 kg de nourriture pour avoir un kilo de viande d’insectes alors que pour la viande de b½uf, il faut 8 kg de nourriture pour produire 1 kg de viande. D’ailleurs la vente des insectes comestibles décolle favorablement et ce sont surtout les firmes asiatiques et africaines qui s’y mettent.

Le café pour retarder le déclin cognitif

Parue sur le site internet spécialisé Santecafe.com, une recherche sur les femmes âgées a permis de prouver que la consommation régulière de caféine contribue à améliorer la performance cognitive. De quoi encourager la création d’alicaments à base de café.

Réalisée sur cinq ans, cette étude a été basée sur les femmes victimes de troubles vasculaires de type infractus du myocarde, angine de poitrine symptomatique, AVC ou AIT qui représentent un risque élevé de déclin cognitif rapide.

Des femmes de plus de 65 ans

Pour prouver les effets de la caféine sur ce risque, les experts français et américains ont fondé leurs recherches sur l’état de santé de quelques 2 475 femmes âgées de plus de 65 ans issues du groupe « Women’s Antioxidant Cardiovascular Study » des victimes de maladies cardiovasculaires prévalentes ou celles qui présentent au moins 3 facteurs de risque coronaire :

Entre 1995 et 1996, la prise de caféine a été contrôlée grâce à un questionnaire de fréquence de prise alimentaire validé sur 116 items.

De 1998-2000 à 2005-2006, quatre évaluations cognitives par téléphone ont été effectuées à intervalles réguliers de deux ans pour avoir une idée sur la cognition globale, la mémoire verbale et la capacité à catégoriser.

Les différences dans les taux de déclin cognitif suivant les quintiles de prise de caféine ont été améliorées suivant les différences sociodémographiques, le style de vie et la santé. En cinq ans, les auteurs de l’étude sont arrivés à prouver que la consommation de café contribue à retarder le déclin cognitif mais les autres produits contenant de la caféine comme le thé, le cola ou le chocolat ne sont pas efficaces. Ils ont également conclu que les femmes à risque vasculaire élevé amélioraient leur performance cognitive avec le café.

Alicament naturel : le quinoa, un véritable ingrédient-santé

Manger du quinoa est bon pour la santé. Classé comme un excellent ‘alicament’, le quinoa est riche en protéine, en acides aminés, en lipides, en fibres, en minéraux et en vitamines. Grâce à sa valeur nutritionnelle remarquable, le quinoa contribue énormément au bien-être et à la santé. Comme il ne contient pas de cholestérol et de gluten, il s’assimile avec les différents types de régimes que ce soit pour un régime minceur, un régime végétarien, un régime pour personnes âgées ou pour enfant, un régime pour diabétique, un régime pour les intolérants au gluten et lactose et un régime pour athlètes de haut niveau.

Le quinoa et ses bienfaits

Le quinoa contient d’importantes réserves de protéines qui présentent une qualité supérieure aux autres céréales. Cet aliment riche en acides aminés glutamique et aspartique, en acide de lysine, de tyrosine, de phénylalanine et d’isoleucine produit de l’énergie pour le cerveau afin de mieux le stimuler. Ces acides aminés favorisent les fonctions immunitaires en participant à la production des anticorps. La consommation de quinoa facilite donc l’apprentissage et la plasticité neuronale et améliore la mémoire. Elle est recommandée pour les personnes atteintes du cancer et les sportifs désireux d’avoir plus d’énergie musculaire.

Le fer contenu dans le quinoa est deux fois plus important que celui du blé et trois fois important que celui du riz. De même pour l’apport en calcium et en zinc. Les vitamines contenues dans le quinoa sont les vitamines B, C et E. Pour les intolérants au gluten et lactose, la consommation régulière de quinoa aide les c½liaques à normaliser la villosité intestinale. La fibre contenue dans le quinoa est de 2,49 et 5,31g sur 100 g de matière sèche. Le quinoa réduit la pression artérielle et le taux de cholestérol LDL.

Alicament : une tomate pour soigner les cardiaques

Récemment, l’étude du professeur Gilles-Éric Séralini consacré à l'effet nuisible du maïs NK603 sur les rongeurs a engendré une grande polémique sur les méfaits des produits génétiquement modifiés. Pour changer la donne, une équipe de chercheurs américain vient de créer une tomate OGM capable de prévenir les maladies cardiaques.

Des essais concluants

Lors du dernier Congrès annuel de la Société américaine de cardiologie (American Heart Association), les auteurs de la recherche ont démontré que les tests effectués sur des souris ont été très intéressants. En produisant du peptide 6F, une molécule avec une structure semblable à celle de la protéine ApoA-1, la tomate devient un alicament riche en « bon cholestérol » qui entre dans le processus de réduction du niveau d'acide lysophosphatidique, ce dernier étant responsable du bouchage des artères. Dans le jargon scientifique, l’athérosclérose désigne ce phénomène.

Les détails de l’expérience

Durant la durée de l’expérience, le docteur Alan Fogelman et sont équipe ont soumis les souris à un régime riche en gras afin de favoriser le développement de l’athérosclérose. Mais pour prouver les effets de la nouvelle tomate, 2,2% du régime des rongeurs en étaient composé. Selon le directeur de l’équipe « C'est la première fois qu'un médicament avec ces propriétés est rendu disponible dans une plante comestible, et est biologiquement actif sans isolation ou purification de la molécule ».

Une nouvelle habitude alimentaire pour garder la forme

Pour lutter contre les maladies chroniques et les phénomènes d’obésité, les nutritionnistes conseillent la consommation de cinq fruits et légumes par jour. Avec la création d’alicaments de ce type, les traitements médicamenteux pourraient être remplacés par des assiettes garnies de primeurs.

Nancy : une excellente réserve de bergamote

La bergamote est ce bonbon ambré qui fait la renommée de Nancy. Véritable produit unique, la bergamote des confiseries de la ville bénéficie d’une protection IGP ou « Indication géographique protégée ». Rencontre avec les spécialistes de cette denrée aux vertus originales.

Même si le sol et le climat de Nancy ne permettent pas de cultiver la bergamote, cela n’empêche les confiseurs d’en faire leur spécialité. En effet, la bergamote est le fruit des bergamotiers de Sicile. La province italienne dispose de quelques 3000 hectares de plantation et fournit 80% de la production mondiale de bergamote. Il s’agit d’une variété d’agrume obtenue après le croisement d’un citronnier et d’un oranger sauvage. Ronde avec une écorce jaune et une chair verdâtre, la bergamote se cueille à la main et son goût est cinq fois plus amer que celui du pamplemousse.

Utilisé pour produire de l’huile essentielle, le secret d’utilisation du zeste de bergamote est très bien gardé par la Confrérie gourmande du macaron et de la bergamote instaurée en 1993. Parmi ses membres, Patrick De Brousse de Montpeyroux confie : « L’huile essentielle de bergamote doit être extraite dans les 24 ou 48 heures après la cueillette du fruit, c’est ce qui garantit sa qualité ». Financièrement parlant, l’huile essentielle de bergamote coute 250 ¤ le litre, et un kilogramme de bonbons bergamote se vend à 27 ¤.

A Nancy, le bonbon bergamote est vendu tel quel ou emballé et les confiseries qui détiennent le label IGP sont celle d’Alain Batt, la maison des S½urs Macarons, les établissements Jean Lalonde et la confiserie des Hautes-Vosges.

Pour ce qui est des règles de fabrication du bonbon, Patrick De Brousse explique : « La bergamote doit être fabriquée à Nancy par des confiseurs nancéiens et répondre à des critères de poids (entre 3 et 5 grammes), de taille, de couleur et être emballée aux couleurs de la Lorraine. Bien sûr, l’huile essentielle ajoutée doit provenir de Calabre et répondre à des normes bien précises. Tous ces critères auxquels adhèrent les confiseurs permettent de produire ce que l’on appelle la Bergamote de Nancy ».

Pour ce qui est des vertus de la bergamote, ses facultés digestives, ses fonctions anti maux de gorge et son action anti mauvaises graisses pourraient en faire un véritable alicament.