Le guide de votre bien-être à domicile

Alicament

Concept marketing ou réelle utilité ?

alicament

© Luis Carlos Jiménez - Fotolia.com

Les alicaments sont donc très répandus mais le risque de voir les publicitaires s’emparer du concept est très présent, et il faut donc être vigilant sur la réelle efficacité de ces produits.

Historique et chiffres

L’alimentation a beaucoup évolué ces vingt dernières années, notamment avec le développement de l’industrie agro-alimentaire, qui s’est adaptée à l’évolution de notre mode de vie... toujours plus pressé. C’est dans ce contexte que sont apparus dans les années 90 les premiers alicaments. Nous pensons souvent que ce sont les yaourts enrichis au bifidus qui ont fait office de précurseurs, mais le sel de table est enrichi en iode depuis bien longtemps pour prévenir les dysfonctionnements de la thyroïde.

Nous voyons donc fleurir depuis une vingtaine d’années toutes sortes d’alicaments qui sont des produits vendus plus chers que les produits classiques, en raison de leur action supposée bénéfique sur la santé. Et cela fonctionne bien puisque, selon une étude du Credoc, 77% des français sont prêts à payer plus cher un produit ayant une valeur ajoutée en termes de santé. Pour exemple, les ventes d’alicaments industriels représentent entre 70 et 75 milliards de dollars par an dans le monde tandis que, aux Etats-Unis et au Japon, ils représentent déjà plus de 10% du marché alimentaire.

Efficacité des alicaments naturels

En ce qui concerne l’efficacité réelle des produits, rien n’est assuré puisque, si l’on garde une alimentation équilibrée, tous les apports journaliers recommandés s’y trouveront. Donc, en théorie, il n’y a aucun besoin d’avoir des compléments nutritionnels dans des aliments fonctionnels. Cependant, certains médecins pensent que les alicaments pourraient réduire les symptômes dans quelques cas de maladies. Même si le bénéfice réel n’a pas été prouvé, les professionnels de la santé sont d’accord pour dire que les alicaments ne sont pas dangereux pour la santé tant qu’ils sont consommés avec modération et dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée. Ils pourraient même compléter une alimentation saine si on adopte le principe de la micronutrition.